EPP ET PROPOLIS, MES INDISPENSABLES DE L’HIVER

Il fait froid, il fait gris, il fait nuit beaucoup beaucoup beaucoup trop tôt, bref c’est l’hiver. Saison oh combien merveilleuse avec sa neige, les fêtes et l’anniversaire de Minipouce.

Haaaaa, l’hiver, ses grippes, ses gastros partagées en famille lors du réveillon, ses bronchiolites qui sautent d’un bébé à un autre. Le bonheur.

Ma stratégie ? Dégainer mon epp et ma propolis dès les premiers signes, c’est redoutablement efficace, et j’aime l’idée de me soigner naturellement et d’éviter si possible un tour chez le médecin.

La Sécurité sociale peut me remercier (bon sauf cette année où tout le monde est sous cortisone et antibios à la maison depuis des semaines pour essayer de nous en sortir).

L’epp, ou extrait de pépins de pamplemousse, c’est exactement ce que son nom indique. Considéré comme un antibiotique naturel, ce sont les bioflavonoïdes qu’il contient qui agissent. Il peut être utilisé en traitement de fond pour renforcer les défenses immunitaires ou pour se soigner dès que la maladie apparait (ce que je privilégie, car j’ai toujours peur que si j’en prends tout le temps, mon corps va s’habituer et ne plus réagir positivement). Il est aussi très utile pour les infections urinaires.

Attention, tous ne se valent pas : ce qui compte, c’est la concentration en bioflavonoïdes/mg. Plus c’est élevé, mieux c’est. Personnellement, je trouve qu’en-dessous de 1000 bioflavonides/mg c’est beaucoup moins efficace, voire pas du tout pour ceux qui n’en proposent que 400.

La propolis est fabriquée par les abeilles. Elles en tapissent notamment l’entrée de la ruche pour se désinfecter en rentrant. Elle aussi antibiotique naturel, vous pouvez la prendre toute la saison froide ou simplement la dégainer dès que vous sentez un coup de mou. Je vous la recommande aussi en application sur les aphtes : traitement certes douloureux mais rapide.

Là encore, toutes les propolis ne se valent pas : ce qui compte, c’est la concentration en extrait de propolis, mais toutes les marques n’utilisent pas la même référence, donc ça complique la comparaison. Fiez-vous à deux choses. Premièrement, privilégiez les gouttes, faciles à prendre, économiques et généralement bien plus concentrées que les autres formes. Ensuite, regardez combien de gouttes par jour sont recommandées ; moins de gouttes = propolis plus concentrée. Autour de 10-15 gouttes / jour c’est bien.

Et en bonus, pour garder la pêche (ou la retrouver comme en ce moment), je vous conseille les gélules d’échinacée, une plante très efficace pour booster votre santé.

Ca vous a plu ? Découvrez d'autre articles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.